Oh Belle, Dame Obel

Le jour: la fête des morts – Bonjour les ancêtres, nous sommes là!
Le lieu: le Rockhal – Esch sur Alzette – Luxembourg…
La météo: gris, comme le lieu…
La salle de concert: froide, impersonnelle… On dirait une salle de conférence avec des sièges bien alignés…
Qu’est-ce que je fais là? C’est pas gagné!

Pour l’histoire, je suis entouré de 2 magnifiques êtres… C’est pas un détail!

Première partie pour « échauffer » et qui me refroidit!
L’instant…
L’artiste: Agnes Obel accompagnée de ses 2 comparses au violoncelle et au violon…
Les 3 vont chanter… Mais bon Dieu, comment vont-elles « faire »?

La première note. Ça résonne. Ça y est, je sens un frisson! On dirait qu’elles sont là toutes les trois sorties du lit… Jamais je n’avais vu un tel dépouillement sur scène! J’étais pas au bout de mes surprises…
Je sens l’atmosphère froide et attentive à la fois… Un public que je ne connais pas. Je suis bruxellois, pas luxembourgeois. Je suis plus habitué à la chaleur surréaliste et déjantée belge. J’ai décidé d’observer! Allons-y!

Curieux, elles ne s’interrompent pas entre le premier et le second morceau! Elles veulent s’ancrer! Et elles ne divaguent pas! Le lieu est empli de ces notes d’une simplicité curieuse qui vient éveiller les âmes.
Je sens le public… Un sentiment vague me dit qu’une rivière est en train de se former. Nous sommes embrassés!
Je crois rêver! Premières larmes…

La lumière, aussi délicate que les notes vient nous entourer! C’était un défi dans un lieu pareil, mais lorsque l’on est doué, le don est et c’est dans un autre univers que nous sommes.
L’en-chanteuse et sa famille viennent nous bercer dans un univers de tendresse.
Le lieu se transforme en un cocon de sons et de lumières dans une indicible délicatesse.

C’est au dialogue d’âme à âme que nous sommes invités. C’est pas gagné, je vous disais! A l’exigence intrinsèque du public fait front une exigence fondamentale des artistes et cette invitation osée. Ouverture?
Là le talent entre en compte… Pour que tout cela coule, il faut le mot juste, l’attitude juste, le sourire juste… Et la muse opère. De la froideur, cette salle passe à la douce chaleur. Les morceaux s’enchaînent et la vibration monte.

A l’image lumi-naissante et au son de notes tombées du ciel à l’endroit juste, les elfes ont choisi la délicatesse ce soir, la voix juste. Quel bonheur!
J’observe et je pleure.

L’elfe à ma droite n’en peut plus… elle applaudit de plus en plus fort et crie bravo!
Il suffit de cette froideur. Mes larmes l’attestent…

« The Curse » arrive et là, nous nous levons, qu’importe! C’est beau, tellement beau! Applaus! L’elfe de gauche reste un peu plus longtemps debout et juste avant de se rasseoir chante fort un « Loukelaiii » … Tout en pudeur, elle se rassoit! Pas besoin dans un contexte pareil de « faire son genre » comme on dit…
J’ai entendu ce cri de l’âme, Agnès aussi, elle se retourne et sourit!

Comme c’est simple la communication! Si les coeurs en harmonie avec les âmes pouvaient
oublier tous les conditionnements, tout serait beaucoup plus simple!
Voilà des instants qui marquent, voilà des éclairs tendres de conscience d’être!
Et lorsque la communication est, ce n’est que délice!

Tout semblait être gris et je n’y ai vécu que tendresse et lumière. Un concert juste, un moment rare, un événement précieux, je vous remercie tous de ces instants gravés dans mon coeur, ma conscience et mon âme.
J’ai été touché par tant de tact ce soir!

Merci Dame Obel, oh Belle!
C’était mon cadeau d’anniversaire. C’est le genre d’anniversaire qui s’inscrit en lettres d’or sur un chemin de vie.

Gratitude!

Publicités

Aux conseilleuses et conseilleurs

Voilà le constat: ne pas perdre de temps avec les incultes et les ignorants. Pas la peine. VIVRE et avec les gens biens, sensés, humains, vrais. Voilà, les cons, on les dégage vite. Et on reste en bonne compagnie. Ceci ne signifie pas une secte, non! J’aime les gens corrects qui ne sont pas d’accord et qui osent le dialogue contradictoire. Je hais les idiot(e)s coachs qui croient toujours avoir raison. Dégagez de mon espace. Je veux respirer la VIE!

 

chemindouceur

A toi la schyzo

Mon identité est multiple mais je n’ai pas de multiples identités. Une âme, une conscience et un coeur. Celle ou celui qui se prend pour un dieu ou une déesse, je l’envoie au diable. Cappiche?

poésiekeep

Les manipulatrices, les manipulateurs, DEGAGEZ

Mais comme l’a admirablement dit Hermann Hesse dans Siddharta, on trouve pour soi. Hé oui, la potion magique n’existe que dans les BD ou dans les cercles de développement personnel ou autres connards ou connasses de coach de vie. Les marchands du temple! La vérité est ailleurs et intérieure. Elle est intime

hariprasad

Tabiboujoua

Tabiboujoua ou joua signifie les docteurs idiots… Ceux qui n’ont aucune connaissance et qui jouent. La vie n’est pas un jeu!

A la pétasse

Les manipulatrices et manipulateurs pullulent en ces temps

A la 52ème minute, reportage énorme qui prouve qu’on peut manipuler sur base d’une tradition saine, dans le cas présent le bouddhisme! Ceci n’existe pas que dans les sectes reconnues, les mêmes préceptes et techniques sont utilisés dans quelques sphères du développement personnel, le coaching de vie, les sphères tantriques occidentalisées ainsi que dans ce qu’ils osent nommer « nouvelles spiritualités » ou « nouvelles thérapies ». Bienvenue dans le monde des auto-proclamés qui sont là pour vous « plumer »! Bien évidemment, ces gourous de pacotille sont des manipulateurs(trices) sans foi ni loi qui n’ont qu’un but, leur enrichissement personnel. Ce genre de pratique pullule en ce moment et les mots « attention » et « vigilance » sont plus que jamais d’actualité…

http://www.rtbf.be/auvio/detail_?id=2116670