L’Epée – Madame Annick de Souzenelle

Les questions : « Comment sait-on que l’Epée est construite ? » et
« A quelle étape de notre vie spirituelle correspond la prise de conscience que ce que nous conseillons aux autres nous concerne personnellement ? »

Les réponses d’Annick que je trouve tranchantes comme l’Epée de l’Esprit et qui fusent en l’essentiel (j’aime l’expression anglophone « To the point » qui me renvoie à « Bereshit »), je cite :

« Elles sont tout de même très différentes. A la première question, je répondrai que cette question est inutile, en ce sens que nous avons à construire notre être intérieur , ce que j’ai en effet souvent appelé avec la Tradition « L’Epée » , c’est à dire le Saint-Nom. Le Saint-Nom se construit à partir des énergies potentielles qui sont à l’intérieur de nous . Le Seigneur nous invite à nommer les animaux qui sont à l’intérieur de nous pour que nous construisions notre Nom à nous et c’est de cela qu’il s’agit : construire l’Epée c’est construire notre Nom à nous. Et ce qui est important c’est la construction de ce Nom , ce n’est pas de savoir si nous l’avons atteint ou non. Si nous atteignons au Nom, nous serions des Dieux et je crois que la personne qui pose la question est, ne serait-ce que parce qu’elle pose la question, est loin d’y avoir atteint ! La seule chose qui est importante, c’est de sortir des eaux , de sortir de l’inconscience, et justement après quand elle demande quand on est-ce qu’on est conscient , c’est justement quand on est sorti des eaux que l’on commence un petit peu à être conscient et sinon ça c’est très important. A ce moment-là, je pense que… j’invite cette personne à être très très prudente par rapport à ce qu’elle appelle « conseiller les autres ». On ne peut pas conseiller les autres. C’est beaucoup de prétentions ! On ne peut qu’aider les autres à accoucher eux-mêmes de leur être intérieur pour qu’ils prennent les décisions avec le plus de liberté possible, le plus d’intelligence des événements possibles… mais personne n’a à conseiller personne !

Merci Annick, sourires… et un énorme clin d’oeil aux « développeurs personnels » et en particuliers aux narcissiques manipulateurs « coachs de vie » …

Vivre!

La notion d’abandon. Sourire. A Aleph réservée au créateur. B, beth, la maison, toi dans ton corps et ton âme, le Fils ou la Fille, c’est pareil. AbbA en don. Dis-tu oui ou non? Tu es libre! Voilà le Verbe. Il est écrit en un mot: « Bereshit ». Juste dire oui ou non, pas peut-être, pas jouer car la vie n’est pas un jeu comme m’a dit une connasse de l’Egypte ancienne et du développement personnel, la vie est bien autre chose!

agni

Un propos osé

Je vais me battre car je suis une tête brulée et je vais incendier les menteuses et les menteurs, gare aux in-co-errants, vous me trouverez sur votre chemin. L’Epée, je sors et le Verbe je sonnerai! Oyez, oyez…

Si tel ne vous plaît pas, libres vous êtes de poursuivre sans moi car je serai de plus en plus dérangeant, de plus en plus vrai.

Un raccourci est possible: adeptes du new-age, crédules du développement personnel, amis du coaching, adulateurs d’Omraam, vénérateurs d’Osho, illuminés de Sai-Baba, bisounours sous toute forme… je vous propose un mot simple: ADIEU

Là, je vous parlerai du Verbe avec un énorme sourire. Je parlerai de fidélité, de la familia, de la reliance, de « paratge », de Jean et de tas de choses qui dérangent. Avec le sourire, je vous rappelle « Bereshit ». Nous sommes dans le Principe et dans l’Entête. Je salue mes ancêtres. Je vous aime

218905_1766198512647_1169683877_31583215_831381_o

Cathare je suis, et nul besoin de Dieux je vis car je sais et je connais. Je suis

Bereshit, sois le Principe, sois le Fils du Père… Ne te contente pas de te re-con-naître, sois et agis en cohérence et en conséquence… Ce n’est point dans le rituel qu’est la solution mais dans l’agir… Le Principe de la Croix sacrée, celle qui est équilibre et qui anime toute les saines traditions… Veille, éveille, sois toi car tu es un témoin du Juste

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Les éveilleurs

Nous sommes invités à tout accepter et à tout respecter car ce qui est fait partie de la vie. Jouer à l’autruche ne fait en rien avancer le schmilblick. Ainsi accepter et respecter ne signifie en rien cautionner! Là réside le choix. La liberté n’est pas neutre comme semblent le faire croire les bisounours. Le choix est un jugement! Est-ce bon pour moi ou pas? Il n’est aucunement question de narcissisme ici, juste une écoute et un apprenti-sage de qui l’on est en vérité! D’Ansembourg écrivait « Cessons d’être gentils, soyons vrais »… S’adapter à tout est un jeu faux, il consiste à « caméléoner ». Ce que peu de gens savent, c’est que le changement de couleurs du caméléon est dû à la peur. Faut-il avoir peur? De quoi s’il vous plaît? La peur est la plus nocive conseillère. Ce que m’a appris Marshall B. Rosenberg est d’une infinie compassion. Je l’ai relié à d’autres éveillés tels Socrate, Sri Aurobindo et Krishnamurti, entre autres car la liste est longue … Ces êtres sont des éveilleurs et ils nous invitent à être ce que nous sommes en vérité, pas un pion dans un jeu, un être à part et à part entière. Je vous souhaite d’être ce que vous êtes, en entier! Et d’être bien

La grâce … si difficile à décrire…

Le meilleur des guides est celui qui te dit le contraire de ce en quoi tu as foi… Et tu re-nais à ta conscience et ton âme, ce que tu es intimement. Et si tu fais le choix de franchir l’étape, alors tu souris de l’âme, du coeur, des tripes et de partout en fait, en fêtes, tu re-nais à toi! Là est une grâce incommensurable et les sons des védas te reviennent en mémoire… Jésus, Bouddha et tous les êtres éveillés viennent à toi pour te dire OUI! OUI à la VIE! OUI pour ÊTRE! OUI pour CRÉER … et là, en toute humilité, tu acquiesces et tu te donnes… voilà

cropped-tibc3a9taine.jpg