L’être psychique – Sri Aurobindo

L’âme est décrite comme une étincelle du Feu divin dans la vie et la matière, c’est une image. Elle n’a pas été décrite comme une étincelle de conscience.

Il y a une conscience mentale, vitale, physique – différente du psychique. L’être psychique et la conscience ne sont pas la même chose.

Quand l’âme ou « étincelle du Feu divin » commence à élaborer une individualité psychique, cette individualité psychique est appelée l’être psychique.

L’âme ou étincelle est là avant que ne se développent un vital et un mental organisés. L’âme est quelque chose du Divin qui descend dans l’évolution en tant que Principe divin, afin de soutenir en elle l’évolution de l’individu sortant de l’Ignorance pour entrer dans la Lumière. Elle élabore, au cours de l’évolution, un individu psychique ou individualité d’âme qui croît de vie en vie, utilisant le mental, le vital et le corps en évolution comme ses instruments. C’est l’âme qui est immortelle, alors que le reste se désintègre; elle passe de vie en vie, transportant l’essence de son expérience et la continuité de l’évolution de l’individu.

C’est toute la conscience – mentale, vitale et aussi physique – qui doit s’élever et rejoindre la conscience supérieure et, une fois que la jonction est faite, la conscience supérieure doit descendre en eux. Le psychique est derrière tout cela et le soutient.

Il faut faire une distinction entre l’âme dans son essence et l’être psychique. À l’arrière-plan, chacun a une âme qui est l’étincelle du Divin – nul ne pourrait exister sans elle. Mais il est tout à fait possible qu’un être vital et physique existe sans avoir, derrière lui, un être psychique clairement évolué. Et pourtant on ne peut pas affirmer d’une manière générale que les hommes primitifs n’ont pas d’âme ou que leur âme ne se montre nulle part.

L’être intérieur se compose du mental intérieur, du vital intérieur, du physique intérieur – mais ce n’est pas l’être psychique. Le psychique est l’être le plus intérieur, tout à fait distinct de ceux-là. En réalité, le mot psychique est utilisé en anglais pour qualifier tout ce qui est différent ou plus profond que le mental, la vie et le corps extérieurs, tout ce qui est occulte ou supraphysique; mais cet usage est une source de confusion et d’erreur et nous l’écartons entièrement lorsque nous parlons ou écrivons au sujet du yoga. Dans le langage ordinaire, nous pouvons parfois utiliser le mot « psychique » au sens large et courant; ou en poésie, où la précision intellectuelle n’est pas de rigueur, nous pouvons quelquefois parler de l’âme au sens ordinaire et plus extérieur, ou dans le sens d’une vraie psyché.

L’être psychique est voilé par les mouvements de surface et s’exprime de son mieux à travers les instruments extérieurs qui sont régis davantage par les forces extérieures que par les influences intérieures du psychique. Mais cela ne signifie pas qu’ils soient entièrement coupés de l’âme. L’âme est dans le corps de la même manière que le mental ou le vital; mais le corps qu’elle habite n’est pas seulement ce corps physique grossier, c’est aussi le corps subtil. Quand l’enveloppe grossière tombe, les enveloppes vitale et mentale du corps subsistent en tant que véhicules de l’âme jusqu’à ce qu’elles aussi se dissolvent.

L’âme d’une plante ou d’un animal n’est pas complète¬ment latente: simplement, ses moyens d’expression sont moins développés que ceux d’un être humain. Il y a beaucoup de psychique dans une plante, beaucoup de psychique dans l’animal. Dans la forme de la plante, seul le vital-physique est évolué, donc elle ne peut pas s’exprimer; l’animal a un mental vital et le peut, mais sa conscience est limitée et ses expériences sont limitées, aussi la conscience et l’expérience de l’essence psychique sont-elles moins développées que dans l’homme ou du moins que ce n’est possible dans l’homme. Tout de même, les animaux ont une âme et répondent très volontiers au psychique en l’homme.

Le fantôme n’est évidemment pas l’âme. C’est soit l’homme apparaissant dans son corps vital, soit un fragment de son vital dont s’empare une force ou un être vital. La partie vitale en nous persiste normalement pendant quelque temps après la dissolution du corps et passe dans le plan vital où elle demeure jusqu’à ce que l’enveloppe vitale se dissolve. Ensuite elle passe, si elle est mentalement évoluée, dans l’enveloppe mentale vers un monde mental et, finalement, le psychique quitte aussi son enveloppe mentale et va à son lieu de repos. Si le mental est fortement développé, la partie mentale en nous peut rester et il en est de même du vital, à condition qu’ils soient organisés par l’être psychique véritable et groupés autour de lui – car ils partagent alors l’immortalité du psychique. Autrement, le psychique attire en lui le mental et la vie et entre dans une quiétude internatale.

Sri Aurobindo

 

 

 

Publicités

One Reply to “L’être psychique – Sri Aurobindo”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s