26 avril 2006 – extrait de mon blog indien – Bodhgaya 7

He toi, SALUT!!!

Ça va chez
toi, en toi, autour de toi? A nouveau tu viens me visiter. C’est gentil
et j’apprécie énormément, c’est un cadeau que tu me fais. Philou a
repris sa muse et t’invite sur le chemin (ou est-ce ma muse qui me
(nous) promène…?). J’ai repensé à ce que je t’écrivais au sujet de la
liberté, versus Krishnamurti, et me suis souvenu que Dhiravamsa en
parlait aussi, bien sûr (qui n’en parle pas?); alors on va se balader?
Attention, la forêt des émotions est pleine de pièges, et pour les
éviter, il me semble qu’il y a simplement lieu de faire comme on fait
en Inde, ouvrir grand les yeux et le coeur et se laisser porter par la
vague, sans avoir peur. Le truc je crois pour ne pas boire la tasse,
c’est laisser aller, se laisser aller. Partant(e)?

"L’attention, source de plénitude" – Dhiravamsa …

Les
émotions relèvent de la conscience. Selon le Bouddha-Dharma, les
émotions sont des états de conscience, des états mentaux. Un autre mot
qui désigne les émotions est celui de contenu mental: colère, paresse,
somnolence, anxiété, agressivité, nervosité, inquiétude – tout cela
sont des contenus mentaux, des états mentaux. Cela explique pourquoi
l’on ne trouve aucun terme particulier dans le Dharma qui désigne les
émotions. Il y a un terme pour le sentiment, mais le sentiment n’est
pas une émotion. Le sentiment est très faible comparé à l’émotion. Le
sentiment est sensation, une forme atténuée de l’émotion.

L’amour
est en général une émotion. C’est un état mental. C’est l’un des 52
états mentionnés dans le Dharma. Parmi les 52 états l’on trouve le mot
émotion. Même l’équanimité y figure en tant qu’état mental. Beaucoup de
gens voient dans l’équanimité une attitude, alors qu’en fait il s’agit
d’un état mental. C’est un état d’équilibre dans l’émotion.

Ces 52 états, ici, j’en rencontre de multiples, si pas tous, nombre d’entre eux, tellement émotif je suis, attentif aussi.

Dans son
sermon sur cittanupassana le Bouddha parle également de voir le mental
une fois qu’il est libéré – la liberté mentale. Sariputta (si des
termes ou des noms bouddhiques représentent un quelconque obstacle,
oublie-les, cela n’a aucune espèce d’importance, le bouddhisme n’invite
pas à faire de nous des singes savants, au contraire, il nous invite à
nous libérer de notre condition, de la souffrance). Sariputta, donc,
dit que la liberté a 4 attributs: le premier est qu’elle est non
mesurable, le second est qu’elle est non descriptible, la troisième est
qu’elle est vide. Elle est sans contenu, sans substance. Rien n’y
manque. Elle est pleine, au sens strict de l’être, non pas pleine
d’objets. En elle, nous sommes dans la plénitude d’être. La dernière
caractéristique est qu’en elle il n’y a plus aucun signe. Nous avançons
sans indicateurs. Plus de conseils, plus d’étiquettes, plus de mots ni
de symboles.

Ah oui,
j’oubliais, ce terme si galvaudé qu’est la liberté, elle peut paraître
dangereuse, n’est-ce pas, si on la voit sous cet angle, mais en l’état
de liberté, on est ou pas!

Peu après
son illumination, le Bouddha dit: "Mon esprit a atteint l’état
d’inconditionné." Quand cet état existe, il y a libération. Si le
Bouddha a pu faire l’expérience de cet état, chacun de nous peut très
certainement y arriver aussi. Dans l’état inconditionné, nous sommes
débordant d’amour; nous pouvons vraiment aimer, et sans conditions.
Alors que dans l’état conditionné, nous aimons seulement sous certaines
conditions.

Krishnamurti ne disait rien d’autre dans "Se libérer du connu".

Le
Siddharta d’Hermann Hesse ne dit rien d’autre: "… Il avait entendu
une voix, une voix dans son propre coeur, qui lui ordonnait d’aller se
reposer là, sous cet arbre, et il n’avait point recouru aux
mortifications, ni aux sacrifices, ni aux bains, ni à la prière, ni aux
jeûnes, ni au sommeil, ni au rêve; il avait obéi à la voix. Obéir ainsi
non à un ordre extérieur, mais seulement à une voix, être prêt, voilà
ce qui importait, le reste n’était rien."

Obéissance à soi donc, à sa liberté.

Alors,
alors… Simple, non, se déconditionner, se libérer, c’est aussi se
libérer de tout conditionnement, y compris celui du Bouddha. Pourquoi?
Son histoire, son éveil, et les enseignements qu’il en a tirés font
partie de son expérience. Il nous a fait part de son expérience, nous a
expliqué la voie du milieu et surtout, nous a invité à vérifier de
nous-même. Cela ne signifie pas revivre sa vie, je pense exactement le
contraire, c’est de vivre notre vie de manière à libérer le bouddha qui
est en chacun de nous. Si l’histoire du Bouddha ne te convient, prends
celle de Jésus, de Mahomet, de Krishna, Vishnu, Brahma, des Shamans, de
quelque histoire que ce soit, en fait, c’est en venir au même point,
mon ami(e), tout est en toi, tu n’as besoin de rien, tu es, cela
suffit. De surcroît, protégé(e), pas extérieurement, intérieurement,
donc plus de peur(s), un sourire, une joie, une confiance, une naïveté
retrouvée, ce qu’ils m’ont montré ces enfants magnifiques que j’ai
croisés sur ce chemin que j’ai pris et toi qui me suis, dans mes états
d’âme, dans tous mes états de conscience…

Je vais
bien, mon ami(e). L’Inde est une symphonie à mon coeur. Cette musique,
je la repasserai, la caresserai, l’arroserai, et ferai silence afin
d’entendre chaque note, graver chaque image, ressentir chaque émotion.

Un autre
pays peut-être aurait eu le même effet, je ne sais. C’est l’Inde,
maintenant, demain est un autre jour, un autre pays. Qu’importe? Ni le
temps, ni l’espace. Le silence.

A toi, l’ami(e)

Tashi delek.

Namaste.

Publicités

One Reply to “26 avril 2006 – extrait de mon blog indien – Bodhgaya 7”

  1. Bonjour Philippe ,Je viens de faire un survol de ton blog …j’y trouve des tas de trésors …!Merci de l’invitation que j’accepte avec plaisir …À bientôtManouchka

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s