Satprem – La Genèse du Surhomme

 Extrait…

Nous naissons
sous une cloche de plomb. Elle nous entoure bien, elle est hermétique
et invisible, mais elle est la, elle coiffe nos moindres gestes, nos
moindres réactions. Nous naissons "tout faits", pourrions-nous dire,
mais cette facture-là n’est pas la nôtre, ni dans le meilleur ni dans
le pire. C’est un million de sensations, qui ne sont pas encore des
pensées mais comme des semences de désir ou de répulsion, des odeurs de
crainte, des odeurs d’angoisse comme un subtil salpêtre qui tapisse nos
caves : des couches et des couches de défenses et d’interdits, et
quelques rares permissions qui sont comme la même fuite d’une même ruée
obscure dans nos tunnels; et puis, là-dedans, un petit regard étonné
qui n’y comprend rien, mais à qui l’on a vite fait d’apprendre la
"vie", le bien, le mal, la géométrie et les tables de la loi – un petit
regard qui se voile, qui se voile, et qui n’y comprend définitivement
plus rien quand on lui a tout fait comprendre. Parce que le principe
évident, naturel, est qu’un enfant ne comprend rien et qu’il faut lui
apprendre à vivre. Mais il se pourrait fort bien que l’enfant comprenne
très bien, même si ce n’est pas conforme à nos structures, et que nous
lui apprenions seulement à enterrer sa connaissance pour la remplacer
par une science toute faite, qui l’enterre pour de bon. Et nous passons
trente ans de notre vie à défaire ce qu’ils ont fait, à moins que nous
ne soyons un sujet particulièrement réussi, c’est-à-dire un emmuré
définitif, consentant, poli et diplômé. Une bonne partie du travail
consiste donc, non pas à "faire" mais à défaire cet envoûtement. On
nous dira que cette lutte est fructueuse, qu’elle nous enrichit, fait
nos muscles et notre personnalité c’est une fausseté. Elle nous durcit,
elle nous fait des muscles militants et risque de nous enfoncer dans un
"contre" aussi nocif que le "pour". Et par-dessus le marché, elle ne
nous fait pas une personnalité, mais un masque, car la vraie personne
est là, toute là, candide et grande ouverte, dans le regard d’un enfant
qui vient de naître – on y ajoute seulement la misère de la lutte. Nous
croyons formidablement, intensément, aveuglément en le pouvoir de la
souffrance : c’est le sceau subconscient de toute notre civilisation
occidentale depuis deux mille ans. Et peut-être était-elle nécessaire,
vu l’épaisseur de notre substance. Mais la loi de la souffrance est une
loi du Mensonge – ce qui est vrai sourit, c’est tout. La souffrance est
le signe de la fausseté, elle va avec elle, elle est le produit de la
fausseté. Et croire que cette souffrance nous enrichit, c’est croire
que la tuberculose est un bienfait des dieux, encore que la tuberculose
puisse nous aider aussi à briser la carapace de mensonge. Cette vertu
négative, comme toutes les vertus, laisse à jamais sur nous une ombre;
et même le soleil découvert est encore taché par cette ombre-là. Les
coups, en vérité et par nécessité physique, laissent leur contrecoup,
et font des délivres au coeur brûlant qui se souviennent d’avoir
souffert. Ce souvenir-là est encore un voile sur le regard candide. La
loi des dieux est une loi ensoleillée. Et peut-être toute l’oeuvre de
Sri Aurobindo et de la Mère est-elle d’avoir apporté au monde la
possibilité d’une voie ensoleillée où il ne soit plus besoin de
souffrance ni de douleur ni de catastrophe pour progresser.


L’apprenti
surhomme ne croit pas en la souffrance, il croit en l’enrichissement de
la joie, il croit en l’Harmonie; il ne croit pas en l’éducation, il
croit en le pouvoir-de-vérité qui est au coeur de toute chose et de
tout être – il aide seulement cette vérité à croître avec le moins
d’entraves possibles. Il a confiance en le pouvoir de cette vérité. Il
sait que l’homme va toujours, inexorablement, a son but, en dépit de
tout ce qu’on peut lui dire ou lui apprendre – il cherche seulement à
supprimer ce "en dépit". Il arrose seulement cette petite pousse de
vérité; et encore, avec prudence, car il est des pousses qui aiment les
sables et les rocailles.

Publicités

Publié par

phil211060

Free-lance Ecrivain – Poète – Romancier – Récits de Vie – Création de Marques – Consultant en Propriété Intellectuelle - Rédacteur – Enseignant (instituteur primaire). Mon profil et mon parcours peuvent être qualifiés d'atypique.  Franchise, honnêteté, créativité, inventivité, esprit d'initiative, telles sont les qualités que je me reconnais. Et j'ai les défauts de mes qualités... Trilingue, français, néerlandais, anglais, j'ai une très grande aisance dans le domaine informatique. J'aime ma langue maternelle, le français. J'aime les mots, j'aime rédiger, j'aime écrire.  Et j'aime enseigner également... Le parcours a commencé par une scolarisation aisée, des études et un diplôme (secondaire supérieur) en sciences économiques, ensuite un diplôme en psycho-pédagogie (instituteur primaire). Ma vie professionnelle a débuté par l'enseignement. J'ai enseigné pendant 7 ans, en tant qu'instituteur dans la région bruxelloise. Ayant quelque peine à trouver une synergie avec l'enseignement officiel, je me suis dirigé vers le secteur privé. Plus exactement en propriété intellectuelle, en tant qu'assistant juridique ("paralegal"), avec une spécialisation dans le domaine des marques, gestion de porte-feuilles de marques et en informatique (intranet, internet, communication, publication...), expérience qui a duré plus de 15 ans, en Belgique et en Suisse. J'ai également touché au journalisme, pendant 3 ans, en tant que « free-lance ». J'ai ensuite quitté l'Europe et me suis installé en Inde pendant 3 ans où j'ai collaboré avec une ONG, les Écoles de la Terre, et ensuite une Unité commerciale à Auroville qui s'occupait de la problématique de l'eau. J'étais en charge de la communication. Je suis revenu en Europe, et j'ai eu quelques difficultés à retrouver un emploi, vu mon âge et mon parcours « original »... J'ai travaillé brièvement en tant que « Guide pour la diversité », dans le secteur social. Je suis actuellement libre et disponible.

Une réflexion au sujet de « Satprem – La Genèse du Surhomme »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s